vendredi, 23 août 2013 09:45

Vincent Peillon, polémiques et vidéos

Écrit par

Que penser de la récente campagne de mails et de vidéos présentant Vincent Peillon comme le féroce ennemi des catholiques?

Peillon gardeDepuis quelques mois, plusieurs d'entre nous avons reçu des mails avec des liens pour visionner des vidéos où Vincent Peillon, l'actuel ministre de l'Éducation Nationale, lançait des attaques vigoureuses contre l'Église catholique. En général, ces vidéos émanent d'individus ou d'associations gravitant autour des milieux traditionalistes, et ce qui frappe tout de suite l'internaute, c'est qu'il s'agit visiblement de montages et de collages, où il est bien difficile de discerner la pensée exacte de l'auteur.

Pour en avoir le cœur net, j'ai retrouvé sur Internet la principale vidéo d'origine, la bande annonce du livre publié en 2008 par V. Peillon, "La Révolution française n'est pas terminée", mise en ligne par son éditeur, le Seuil. Il s'agit en effet d'extraits d'un entretien, découpés pour mettre en lumière les principaux thèmes abordés par l'auteur. Du coup, j'ai lu le livre en question, et constaté que sous une forme bien sûr plus ramassée et du coup plus provocante, elle en reflétait bien l'essentiel du contenu.

Que disait donc V. Peillon - en 2008, alors qu'il n'était pas encore en responsabilité politique, et donc en son nom personnel ? A vrai dire, ce n'est pas très facile à résumer : le livre se présente comme une suite de commentaires critiques de la pensée de divers auteurs "républicains", au fil desquels apparaît une promotion du républicanisme socialiste "à la française", soigneusement distingué aussi bien de la tendance libérale que du "socialisme allemand", c'est-à-dire du marxisme. L'accent est mis sur la "république fraternelle", la "république spirituelle", la "république humanitaire", la "république laïque" et au final l'impérieuse nécessité d'inventer une "religion républicaine", qui a pour nom "laïcité", pour remplacer le catholicisme. La récente décision de réintroduire à l'école l'enseignement de la morale laïque s'inscrit d'ailleurs très naturellement dans ce cadre.

Visionner la vidéo

 Dans l'ensemble, c'est plutôt un livre érudit, qui s'adresse davantage aux historiens spécialistes de la période qu'au grand public. Il contient de nombreuses allusions à la pensée d'intellectuels du XIXème siècle dont les noms ornent les plaques nos rues, mais que plus grand monde ne connaît. C'est d'ailleurs une des choses qui frappent le lecteur : à lire V. Peillon, il semblerait qu'il ne se soit pas passé grand-chose dans le domaine de la réflexion politique depuis 1905 ; étrange…

 Autre motif d'étonnement dans cette réflexion très franco-française sur la République : le mot "Europe" n'apparaît même pas ! Visiblement, une certaine école de penseurs républicains peine à intégrer le fait qu'aujourd'hui le cadre national n'est plus l'alpha et l'oméga de la pensée politique. Tout cela relativise donc l'intérêt de ce petit livre.

...c'est une relance des débats
et des conflits de grand-papa

Et la religion catholique dans tout cela ? A vrai dire, elle n'occupe qu'une place marginale dans cette réflexion, celle de repoussoir utilisé – entre autres – pour démontrer la nécessité de cette "religion républicaine" fondée sur le libre examen et appelée à la remplacer. Elle est présentée essentiellement comme un corps dogmatique imposant son autorité aux populations et rendant impossible toute "libre pensée". Et là, nouveau motif d'étonnement, V. Peillon semble considérer que l'Église catholique est toujours cette institution hégémonique qui façonne les mentalités françaises et leur dicte ses règles. Il fait là un bien grand honneur à une église en perte de vitesse et en recherche des moyens de simplement survivre, dans une société qui s'est aujourd'hui très largement détachée d'elle (la sécularisation, vous connaissez ?).

Au fond, cette affaire laisse une curieuse impression d'anachronisme : c'est une relance des débats et des conflits de grand-papa (ou d'arrière grand-papa), avec d'un côté Vincent Peillon en apôtre d'une improbable "religion républicaine" et en pourfendeur de l'Église catholique triomphante, et de l'autre les preux défenseurs de l'institution catholique usant des outils du XXIème siècle pour mener un combat du XIXème…

Il me semble que pour les enseignants chrétiens laïques que nous sommes, ce champ de bataille a depuis bien longtemps perdu toute pertinence. Ce n'est pas la défense d'une institution qui nous motive, mais la référence à l'Évangile dans les situations concrètes où nous sommes placés. Pour nous "laïcité", loin d'être le nom d'une nouvelle (?) religion, signifie accueil de tous et effort pour faire grandir tous ceux qui nous sont confiés, intellectuellement, moralement et spirituellement, quelles que soient leurs origines. Et les vaines polémiques sur les options de notre actuel ministre ne nous affectent guère…

Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Actualité de l'Église Débats Vincent Peillon, polémiques et vidéos