samedi, 05 janvier 2019 16:10

Bureau international - Juillet 2018

Écrit par

Quelques échos du bureau international réuni en juillet 2018 pour un partage d'expériences, de projets et de spiritualité

Après une rencontre par PAD ((Packet Assembler and Desassembler) en 20171, le Bureau International s'est retrouvé, cet été, du 16 au 28 juillet. Si MariCarmen, pour l'Amérique latine, Rosalinda, pour l'Asie, et Pedro étaient arrivés à temps, Jean-Jacques, pour l'Afrique, a dû attendre son visa une semaine. Pour l'Europe, Gabrielle et Jean ont participé durant la première semaine.

Comme chaque année, le travail des traducteurs et traductrices : Huguette, Jonathan, Marie-Louise, Mireille, Pierre a été primordial. Quant aux cuisinières Anne-Marie, Claudine et Hélène, leur discrète présence assurent un séjour fort agréable tant pour les yeux que pour les papilles.

Nous avons bien sûr travaillé à partir des apports de chaque délégué sur la géopolitique, l'éducation, l'Église et les Équipes enseignantes de chacun des continents. À partir de tous les échos entendus et tout ce qui est vécu par les équipiers, le Bureau International a pointé les problèmes rencontrés par notre "Maison commune", comme le dit le Pape François. Pour les délégués, avoir une vision plus grande sur la planète est nécessaire si on veut participer à un monde plus juste et au service de l'humanité.

Six propositions de changement ont été pointées :

  • Changer dans notre tête

  • Changer en tant que personne et dans nos familles (les 4 R réduire, recycler, réutiliser, répartir) et changer l'organisation sociale des pays (politique, économique, culturel)

  • Changer dans les activités industrielles et agricoles

  • Changer nos systèmes d'extraction, production, transformation et commerce car ils sont les plus polluants

  • Changer notre regard sur la nature : connaître et respecter ses droits car en détruisant la nature on se détruit soi-même

  • Changer au plan religieux, revenir à l'essentiel de la mission de Jésus : construire ensemble un royaume de justice et de fraternité.

Cette réflexion, a permis de mettre en place les thèmes qui seront traités dans les bulletins au cours de ces deux prochaines années :

N° 84 : L'écologie dans le monde aujourd'hui : tragédie et espérance

N° 85 : Ecologie : état des lieux - Où en sont les acteurs ?

N° 86 : Apport de diverses spiritualités

N° 87 : Écologie : engagements personnels, collectifs et structurels

L'approfondissement de la réflexion nous a amenés à :

Voir

  • Privilégier les expériences vécues par rapport au soin à apporter à la planète, à soi-même, à notre relation au sujet des technologies… Regarder en particulier ce qui se vit dans l'École.

  • État des lieux : voir ce qui est négatif et ce qui est positif au niveau personnel, collectif, institutionnel.

  • Se référer à toutes les lois énoncées (celles qui nous guident et celles qui nous contraignent) sans oublier de faire référence à la Bible.

Juger

  • Approfondir ce qui est capital pour l'humanité, avec la mesure de l'urgence.

  • En quoi la protection de la planète est liée au respect de soi et vice-versa ? L'intérêt général peut être contredit par les intérêts particuliers, cela inclut tous les problèmes de l'économie aujourd'hui.

  • Vision du futur pour les générations à venir.

Agir

  • Informer, éduquer, faire pression dans les pays où se trouvent les équipes

  • Comment développer ensemble un plaidoyer international sur l'enseignement à la protection, le devenir et le respect de la planète

  • Parallèlement comment avoir une action, peser sur un plan plus large ?

  • Travailler avec d'autres collectifs (CCFD, associations locales…)

  • Penser qu'il y a urgence dans beaucoup de domaines

  • Chercher, trouver les meilleurs moyens d'être efficace

Bien sûr, nous avons fait le point sur les échanges que nous avions eus en 2017 par le moyen du PAD. Claude Henry s'était déplacé pour participer à notre réflexion. Tous les participants ont été d'accord pour dire que cette expérience avait été positive. Outre la diminution des frais, Rosalinda a fait remarquer que même si l'horaire n'est pas facile, cette façon de travailler est beaucoup moins fatigante. Pour l'Amérique latine ce dispositif a été retenu pour permettre des échanges entre les différents délégués de ce grand continent.

Cependant, pour permettre des échanges moins bousculés, deux dates ont été retenues pour l'année 2019 : 12 avril pour la partie géopolitique, et 11 octobre pour l'éducation, l'Église et les Équipes enseignantes.

Il a été demandé que, pour la géopolitique, il soit relevé les convergences concernant l'écologie au niveau de la planète.

Compte-tenu des élections des futurs délégués en Amérique latine et en Asie, les horaires devront être affinés.

En fin de session, un manifeste a été écrit par les délégués :

Lors de la réunion du Bureau International 2018 à Paris, nous, coordinateurs continentaux des Équipes Enseignantes (Afrique, Amérique latine/Caraïbes, Asie et Europe) avons présenté les réalités géopolitiques, éducatives, écologiques et ecclésiales de chaque pays où se trouvent des Équipiers. Nous avons échangé non seulement les informations sur les réalités vécues dans chacun des continents, mais aussi notre compassion vis-à-vis des pauvres, des exclus, des sans-abris…

Nous avons décidé de rendre public le manifeste suivant :

Nous dénonçons le néolibéralisme, tous les pouvoirs politiques et économiques qui ne prennent pas les décisions nécessaires afin de transformer les structures économiques dans de nombreux pays pour que les pauvretés, les exclusions, et même les crimes soient éradiqués. Nous nous tournons vers les autorités gouvernementales, les Églises et les peuples opprimés pour entreprendre une autre organisation sociale, économique et politique, en utilisant les alternatives qui sont déjà en cours.

Les Équipes Enseignantes sont attachées non seulement à leur peuple et à l'option préférentielle pour les pauvres, mais aussi à la sauvegarde de notre planète.

Ayant choisi le thème de la sauvegarde de la planète, nous exprimons notre indignation face à la destruction progressive de notre "maison commune" et notre solidarité avec toutes les victimes des catastrophes dues au changement climatique, à l'extraction abusive des minerais, à la surconsommation, à l'emploi d'intrants chimiques dans l'agriculture, à l'accaparement des terres…

Nous redisons :

  • notre solidarité avec tous les peuples en lutte pour la justice et la paix,

  • notre soutien aux femmes et aux hommes qui prennent soin de la planète et de ses habitants,

  • notre foi en Jésus-Christ libérateur, venu dans notre monde.

Paris le 26 juillet 2018,
les coordinateurs continentaux

Ce manifeste a été envoyé aux délégués de la FEEC en rencontre européenne à Trèves en Allemagne.

Paulette Molinier et Suzanne Cahen

1/ voir Lignes de crêtes n° 39 p. 38

Plus dans cette catégorie : « Femmes: chemin d'Espérance
Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Dans le monde Dialogue et Coopération Bureau international - Juillet 2018