samedi, 13 août 2016 22:03

Échos du Bureau International des Équipes Enseignantes - Juillet 2016

Écrit par

Quelques échos du Bureau International : un partage d'expériences, des propositions, des orientations...

Du 15 au 28 juillet 2016, le Bureau International s'est réuni au local des "Chrétiens dans l'Enseignement Public", situé près de la Place de la République et de la gare de l'Est à Paris.
Il était composé de :

  • Irène Yamba, du Togo, coordinatrice d'Afrique, qui effectuait son dernier mandat
  • Rosalinda Francia des Philippines, coordinatrice d'Asie
  • Marie del Carmen Murillo, d'Equateur, coordinatrice d'Amérique latine
  • Suzanne Cahen et Paulette Molinier du Conseil d'Administration de Dialogue et Coopération.
  • Cette année, le père Pierre Riouffrait, natif de Haute-Loire et vivant depuis de nombreuses années en Amérique latine, actuellement en Equateur, a accompagné le Bureau.
  • Certains jours, l'Europe a été représentée par Gabrielle Gaspard ou Évelyne Couteux (représentante de CdEP au Conseil d'Administration du CCFD-Terre Solidaire).

Le travail n'est possible que grâce aux traducteurs et traductrices :

  • Pour l'espagnol : Jeanne Bolon et Marie-Louise Fernandez.
  • Pour l'anglais : Mireille Nicault et Pierre Darnaud. Nous avons eu le plaisir d'accueillir Jonathan Ticher, traducteur pour la revue « Entre Nous » venu de Londres car soucieux de mieux connaître Dialogue et Coopération, son histoire et son fonctionnement. Il nous a même fait bénéficier à plusieurs reprises de traductions orales et écrites.

Toujours très apprécié, le travail des cuisinières bénévoles a permis à chacun de passer le séjour dans la bonne humeur et le plaisir des yeux et des papilles.

Comme d'habitude, le bureau a accueilli des amis : Jean Kayser et Dominique Thibaudeau (CdEP), Monique Judenne et Lucette Villetard (Dialogue et Coopération), ainsi que la secrétaire de Dialogue et Coopération.2016 Bureau internationalR

Les membres du Bureau International ont noté que leur participation comme leurs apports étaient traversés par les événements récents qui ont touché plusieurs pays. Ils ont été frappés par les nombreux messages de soutien reçus à la suite des attentats perpétrés en France à cette période.

Dès les premiers jours, à partir des apports des continents concernant la géopolitique, nous avons réfléchi et retiré les convergences suivantes :

  • Néolibéralisme dans tous les domaines ayant pour but de tout réguler (exemple : tendance à la normalisation de la consommation).
  • Contraste entre la croissance et la pauvreté dans de nombreux pays ; cette pauvreté perdure en particulier dans les zones rurales et les quartiers pauvres des grandes villes.
  • Développement industriel : seul, il ne permet pas d'éradiquer la pauvreté.
  • Conséquences de la chute du prix du pétrole et d'autres matières premières.
  • Réformes fiscales et lutte contre les paradis fiscaux.
  • Poids des blocs multinationaux (G 20, Banque mondiale…).
  • Fondamentalismes.
  • Dysfonctionnement dans certaines actions mises en place (par exemple, pour la réduction de CO2, certains pays payent pour avoir le droit de polluer).

Cependant des raisons d'espérer ont été soulignées :

  • Des avancées positives : élections africaines, COP 21, position de l'Inde par rapport aux pauvres, propositions de l'ancien président d'Uruguay, paradis fiscaux dénoncés… même si cela commence par des discours.
  • Le besoin de mettre l'accent sur les actions positives possibles, plutôt que sur les généralités géopolitiques, la mise en valeur des actions de base, comme par exemple ce qui est fait par les mouvements alternatifs…
  • La nécessité d'actions concrètes, graduelles et à long terme.

Comme tous les ans, nous avons partagé sur la vie des Équipes Enseignantes, l'Église et l'Éducation.

Pour ce qui est de l'Église, la diversité entre continents montre la variété et la richesse de nos cultures. Le lien à l'Église institution est très différent selon les pays, la manière d'exprimer la foi des populations et leur engagement dans la société est plus ou moins fort. Cependant, nous notons que l'objectif commun reste l'attention aux pauvres, la Parole de Dieu et la présence du Royaume dans notre monde.


Pour tous, les Équipes sont une grande richesse, elles sont des lieux d'échange et de partage que beaucoup ne retrouvent pas ailleurs, en particulier en ce qui concerne leur vie personnelle. Elles sont, dans certains continents, des lieux de formation et/ou d'entraide pédagogique. Elles peuvent aussi fournir une formation religieuse. Les engagements dans le monde sont divers, ils concernent la paix, la solidarité, l'environnement…

Dans le domaine de l'éducation, de nombreuses convergences ont été notées dont :

  • L'éducation devient de plus en plus "commercialisée" : l'accent est mis sur les qualifications, les besoins du marché, les perspectives économiques et l'emploi…, au détriment des valeurs humaines.
  • Les réformes éducatives se succèdent à des rythmes tels qu'ils ne permettent pas une réelle évaluation des précédentes.
  • L'évaluation des élèves et des enseignants pèse sur leur vie et leur travail en particulier, sans qu'on puisse dire qu'elle aide les personnes à être plus efficientes.
  • La formation initiale et continue des enseignants en relation avec les réformes n'est pas accompagnée des moyens nécessaires.
  • Les technologies numériques ne résolvent qu'en partie les difficultés rencontrées par les personnes (équipements insuffisants et/ou inadaptés).
  • Dans tous les exemples rapportés, il n'y en a aucun présentant des dispositifs pédagogiques alternatifs : il serait intéressant de se centrer sur les savoir-faire, savoir-être, savoir analyser…

Des points sont notés permettant de relever des avancées :

  • Le développement du préscolaire dans de nombreux pays accorde plus de place à l'éducation des jeunes enfants, ce qui est primordial pour les familles défavorisées.
  • La place des syndicats s'amenuise, elle est parfois compensée par une mobilisation beaucoup plus large des citoyens. Mais les revendications restent le plus souvent catégorielles et économiques.
  • Les travaux des centres de recherche sur l'éducation ne sont que peu connus et peu diffusés. Il est important de faire connaître leurs résultats.
  • Des gouvernements progressistes portent le souci des dimensions culturelles et sociales dans l'éducation.

Dans beaucoup de pays, la communication est facilitée par l'utilisation des technologies de l'information. Si l'utilisation de l'Internet se propage rapidement en Amérique latine et en Europe, l'avancée se fait plus lentement pour l'Asie en général, mais là où se trouve la majorité des Équipes Enseignantes en Afrique, l'utilisation de ces technologies tarde à se généraliser.

Grâce à ces nouveaux moyens, une meilleure communication peut se faire entre les continents et avec Dialogue et Coopération. Il n'en demeure pas moins que, sans la mobilisation des équipiers de base, les différents aspects de notre vie dans l'École comme dans l'Église ne parviennent pas suffisamment aux responsables des pays comme des continents.

Compte tenu de l'augmentation des coûts pour la confection et l'envoi des bulletins « Entre Nous », le Bureau International a cherché des solutions depuis plusieurs années. Au cours de ce Bureau 2016, après discussion de l'ensemble des participants, la responsable continentale de l'Amérique latine a proposé que le bulletin « Entre Nosotros » soit confectionné par l'équipe de Colombie, à partir des textes fournis par Dialogue et Coopération, textes identiques pour les trois versions française, anglaise et espagnole. Cette décision a été prise avec l'accord préalable de l'équipe de mise en page de Colombie.

Les bulletins 80 et 81, qui seront élaborés sous forme électronique, serviront de test et une évaluation sera faite afin de poursuivre ou non cette manière de procéder.

Pour tenir compte également des moyens humains et financiers dont dispose Dialogue et Coopération, décision a été prise de mettre en place une façon autre de travailler pour le Bureau International. Ainsi, en 2017, il n'y aura pas de rencontre du Bureau à Paris. Celui-ci sera remplacé par des échanges par Internet dont les dates et les modalités ont été mises en place ce mois de juillet (6 et 7 octobre et si besoin 13 et 14 octobre 2017). Pour le mois de septembre, chaque continent aura envoyé ses textes sur "la géopolitique, l'École, l'Église et les Équipes" afin qu'ils soient traduits puis retournés aux responsables continentaux. Cela permettra à chaque délégué de rechercher les convergences géopolitiques et dans l'éducation et de préparer les thèmes à proposer à tous.

Les n° 82 et 83 paraîtront de la même manière que les n° 80 et 81 ; ils ont été préparés durant le bureau de 2016.

Ce Bureau International présente un nouveau visage pour l'avenir. Chacun, dans l'amitié et la confiance, a contribué à préparer la réflexion et la confection d'outils pouvant faciliter des relations fraternelles entre les continents et avec Dialogue et Coopération. Le Bureau International n'en est et n'en sera que plus fécond. L'ambiance qui permet à chacun d'exprimer, bien au delà de ce qui est demandé, son amitié et son écoute rend toujours difficile le moment où un délégué termine son mandat. Cette année, ce fut le cas d'Irène qui sera remplacée lors de la Rencontre Continentale d'Afrique (PANAF).

Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Dans le monde Dialogue et Coopération Échos du Bureau International des Équipes Enseignantes - Juillet 2016