Des soucis dans mon jardinet...

17 octobre 2015 By

      ... c'est-à-dire à la fois de belles fleurs, déjà épanouies ; de timides pousses, ou des boutons (non, je ne parle pas de ceux qui décorent les visages de mes z'ados d'élèves !) ; et de sérieux sujets de préoccupations... Voilà où en est mon "jardin de prof", alors que débutent les congés de la Toussaint !    

 

            Bon bin voilà : 6 semaines de tirées... et Dieu sait qu'il a fallu tirer de toutes mes forces, certains jours ou certaines heures, des élèves engluées dans le sommeil entre 8h et 9h ; ou pataugeant dans des textes si compliqués qu'on a dû les inventer rien que pour les torturer (pensez, Rimbaud, la poésie, en 1ère L ; et « Ô reur, ô désespoir, c'te prof' nous martyrise », la tragédie antique et classique en 2nde 4, les pôvres !). Ou encore des élèves rivés à leur portable, tablettes, PC, et autres z'appareils si séduisants, si chronophages... Élèves encalminés, immobilisés, sans souffle, sans motivation, inertes. Élèves-qui-voudraient-bien, qui-ne-demandent-qu'à... mais pétrifiés, paralysés par leurs premières notes, mauvaises, l'inquiétude des parents, qui les houspillent, les admonestations des profs... Et tous les "cas particuliers", qui me trottent dans la tête... Voilà bien des soucis, dans mon jardinet de prof de français, et de PP (Professeur principal) des 36 Secondes 4 !

soucis   

            Mais il est vrai que mes fleurs préférées sont les anémones, aux couleurs si vives et au cœur noir : des fleurs qui "réveillent", je trouve, et en même temps si modestes (comparées aux roses, lys, orchidées, glaïeuls...). J'adore ces petites fleurs toutes simples, ces "renoncules" me dit Wikipédia... Bah, finalement, mes élèves les plus attachants sont semblables à ces anémones : vifs et au cœur "noir", si l'on ne voit pas au-delà, ils mettent du piment dans ma vie de prof, sont les plus gros soucis, mais aussi sources des plus grandes joies, quand ils réussissent, ou que "ça se débloque"... et je ne "renonce" pas à y parvenir.

anémones   

            Mes soucis, non, mes "anémones" du moment font déjà un beau bouquet :

 - ces 2 jeunes filles de 1ère L qui ont "pompé" tout leur 1er devoir maison sur Internet : évidemment ça sautait aux yeux, évidemment j'étais furieuse, je les ai vertement tancées (chacune lors d'une entrevue entre 4 z'ieux, bien sûr...), elles ont reconnu tout de suite la fraude, ont pleuré, expliqué leur peur de "ne pas y arriver", accepté le zéro... et au bout de la conversation, je leur ai redonné une chance : "Bon, vous me refaites le travail TOUTE SEULE pendant les vacances, je re-note le 2ème devoir, et on n'en parle plus... Mais vous ne refaites plus jamais ça ! " -> sourire dans les larmes, promesse, soulagement...

 - ces autres élèves de 1ère L, pas du tout au niveau ; mais j'ai déjà "pris" l'un, puis une autre, en entretien particulier, sur l'une de nos "heures de trous", j'ai commenté tout le devoir raté, expliqué mes parfois trop elliptiques remarques en marge, bien détaillé ce qui n'allait pas, indiqué ce qu'il fallait faire, rajouter, comment retravailler le devoir. Là aussi, allez, zou ! 2ème essai, 2nde chance -> à refaire, et je re-note (purée ! si je me mets à re-corriger une 2ème fois tous les travaux ratés et refaits, j'ai pas fini de crouler sous les copies, moi !). Mais d'un autre côté, expliquer, encourager, motiver, donner une seconde chance... si ce n'est pas cela la pédagogie, si ce n'est pas pour les "brebis perdues" que je suis là, alors je ne sers à rien ! Les très bon(ne)s ou bon(ne)s élèves n'ont pas tellement besoin de moi, faut bien le reconnaître... Alors que les timides pousses ou les boutons ont besoin du jardinier pour s'épanouir... Donc, au lieu de me plaindre de leur niveau ou du travail que me donne cet accompagnement vraiment personnalisé, penser à regarder plutôt la floraison (celle des sourires, déjà ; et celle, j'espère, des bonnes notes, qui viendront...)   

floraison souci  

 - mon élève "à troubles autistiques" de 2nde 4 (c'est "Xavier", celui qui m'avait envoyé un courriel de prise de contact si touchant...) et ses parents, qui le secondent et le suivent de leur mieux ; et sa nouvelle AVS (l'autre a dû démissionner pour raisons personnelles, en septembre...), une personne remarquable, mais qui peine à se faire accepter par Xavier, et à trouver sa place auprès de lui...

 - toujours en 2nde 4, "Gaël", qui est hyperactif, sous traitement médical pour qu'il puisse être calme et se concentrer sur son travail ; mais qui est aussi lent, vite distrait, émotif, anxieux... qui a du mal à apprendre à s'organiser, à hiérarchiser les tâches... Olala, que de difficultés auxquelles il doit faire face, que de choses auxquelles nous, les profs, devons penser, pour lui faciliter le travail... Y arrivera-t-il, y arriverons-nous ?  

 - cette redoublante de 2nde, appelons-la Alicia, dont les résultats sont catastrophiques, qui ne fait rien dans certaines matières (copie blanche ; fichier mp3 vide en anglais)... Je ne comprends pas du tout ce qui se passe, les parents non plus, l'adolescente semble butée, mutique (je les ai reçus à 3), bloquée ; quelle "clé" faut-il, et où est la serrure ? Je n'ai pas réussi à dialoguer avec elle. J'ai conseillé de prendre un rendez-vous pour une éventuelle ré-orientation (il n'est pas trop tard, en octobre) avec un COP (Conseiller d'orientation-psychologue) du CIO (Centre d'information et d'orientation) le plus proche ; de voir un psychologue ou un pédopsychiatre... tout en ayant lâchement l'impression de me défausser... C'est rageant de ne pas comprendre et d'être impuissant !

 - et d'autres encore... dont je ne parle pas aujourd'hui... (sinon ça ne va plus être un post de blog, mais un début de roman ! )

±     ±     ±

            Hé bien, finalement, je me dis que les vacances sont les bienvenues et le "repos du jardinier" bien nécessaire, si je veux retrouver l'énergie de m'occuper efficacement de tous ces soucis, et aussi prendre du recul pour réfléchir avec un peu de distance à ces jeunes pousses, que tu m'as confiées, Seigneur...  

vacances jardinier  

            Pendant ces 2 semaines où je me reposerai, où je ne m'occuperai pas d'elles, où je serai "loin" d'eux, ils / elles seront pourtant bien là, présents dans ma prière...  

 

 

Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Nos blogs Le blog de Sidonie Des soucis dans mon jardinet...