jeudi, 03 février 2011 08:19

Equipe Loire - 3 octobre 2010

Écrit par

Un partage en équipe autour des thèmes de la confiance, du devoir, de la foi. Une réflexion théologique ancrée dans la vie et la prière partagées.

COMPTE RENDU DE LA JOURNÉE DU 3 OCTOBRE 2010

Nous étions 28 le dimanche 3 octobre à participer à la journée de rentée des CdEP de la Loire, heureux de nous retrouver pour échanger à partir des textes du 27ème dimanche (Habaquq 1 /2... 2/4 et Luc 17/ 5- 10) et des questions autour des thèmes de la confiance, du devoir à accomplir, de la foi et de la construction du futur.

Le premier texte relate l'expérience de l'absence de Dieu : « Combien de temps, Seigneur, vais-je t'appeler au secours et tu n'entends pas, crier contre la violence, et tu ne me délivres pas !... » Et l'attente de sa parole. A l'appel d'Habaquq , Dieu répond par une mise à distance : prendre le temps d'écrire sa « vision », de faire un projet. C'est un texte très politique : le terme de vision est synonyme de gouvernance et s'applique à ce que nous vivons aujourd'hui. Avons-nous une « vision » claire de ce que nous souhaitons et s'il est juste d'être fidèle à un projet, comment le situons-nous : à court ou à long terme ? L'ambiance de notre époque incite l'individu, le gouvernant à promouvoir le court terme. Il faut vivre au jour le jour, profiter de l'instant présent, prendre des décisions politiques essentiellement en fonction des échéances électorales. Cette démarche est tout le contraire de ce que Dieu propose à Habaquq : « Tu vas mettre par écrit la vision, bien clairement sur des tablettes, pour qu'on puisse la lire couramment. Cette vision se réalisera mais seulement au temps fixé... » Cet éloge de la mise à distance, de la lenteur, de la confiance au long cours apparait comme décalé dans notre époque d'immédiateté. Avoir une « vision », c'est espérer, avoir confiance en l'avenir, ne pas attendre pour entreprendre, mais prendre le temps suffisant pour élaborer son projet, et accepter l'éventualité de ne pas en voir l'aboutissement. D'autres le verront ! Il s'agit de faire preuve d'humilité, de modestie de patience et d'abnégation. Y arriverons-nous ? Où faut-il s'investir afin que projet individuel et projet collectif ne s'excluent pas l'un l'autre ? La question reste ouverte.

Le texte de Luc nous interpelle : nous ne serions que « des serviteurs quelconques ». Cette idée est difficile à admettre et à transmettre. Voit-on toujours où est notre devoir et comment le faire ? Les valeurs actuelles sont bien différentes de celles qui nous ont été transmises : le travail bien fait, le sens du collectif se perdent au profit d'un individualisme parfois exacerbé contraire aux exigences de la conscience. Les propos de Luc nous invitent à la modestie : nous ne sommes pas des héros parce que nous avons fait notre travail. Nous n'avons fait que notre devoir !

« Augmente en nous la foi ! » demandent les apôtres. Et nous, qu'avons-nous à dire ? Notre foi est-elle une confiance dans la promesse de Dieu et ou la conviction que nous participons à la construction du futur ? Nous constatons que l'Eglise subit une hémorragie de pratiquants et pourtant il y a une attente. Dans le monde flou qui nous entoure, avec des valeurs mal identifiées beaucoup de gens sont en recherche spirituelle et souhaitent combler un vide. Souvent d'autres directions que le christianisme sont choisies : le bouddhisme par exemple. Sommes-nous capables de transmettre notre foi malgré ses exigences théologiques et dogmatiques ?

S'il y a des défections, il y a aussi un regain du christianisme car il est et a un sens pour l'humanité. Foi et raison s'épaulent l'une l'autre. La foi fait vivre : elle entraine le croyant à tisser du lien social et les valeurs de l'Evangile sont des réponses aux questions d'aujourd'hui telles que le sens du capitalisme, la valeur de l'argent....

Pour transmettre la foi il faut un message optimiste traduisant l'espérance que l'on a dans l'avenir. Pour ce faire, il nous faut nous mettre au travail comme un « serviteur ordinaire ». En tant que grands parents retraités, nous expérimentons la gratuité de la transmission grâce à la place spécifique que nous avons auprès de nos petits-enfants. Nous pouvons être disponibles et le temps que nous passons avec eux à travers les discussions, les jeux, les activités, les témoignages participe à la construction de leurs personnalités et à l'éducation de leurs consciences.

C'est sur cette approche optimiste que s'est terminé l'échange. Les deux textes étudiés nous ont parlé de Foi et d'Espérance : foi en l'homme et foi en Dieu c'est à dire foi en l'avenir et les projets induits. Comme dit Sartre « L'homme est projet », et nous ajoutons : la foi qui l'anime est un carburant psychologique qui lui permet de garder sa liberté de penser et d'espérer même dans les situations de difficultés extrêmes. Avoir la Foi est une grâce et une fortune.

Le partage d'Evangile est repris sous forme de prière (voir en annexe*) au cours de la célébration dans la chapelle de Saint Genest Lerpt rénovée avec talent. Pierre Chabance assure l'accompagnement musical et les sonorités chaleureuses du violon alto mettent en valeur lectures et invocations.

Miette Roux intervient ensuite pour nous donner des informations provenant du National : voir en annexe.

Après cette matinée studieuse, le repas pris au Café du Commerce est le bienvenu. Savoureux et copieux il est servi dans une ambiance familiale. Le temps clément autorise une balade digestive autour de Saint Genest organisée par Louis Roustan. Ainsi se prolongent les moments d'amitié de cette journée placée sous le signe de la confiance en l'avenir, de la foi et de l'espérance.

J.Cros

 * 3e carrefour: partage d'évangile du dimanche 3 octobre:

Sous forme de prière:

Les moines de Tibhirine ont vécu la fidélité à Dieu, aux gens qui vivaient près d'eux, à leurs engagements. Seigneur, dans les moments de détresse; aide nous à avoir la force de dire " je suis le serviteur " et de vivre dans la fidélité à nos engagements.

E.Gay

Connectez-vous pour commenter

Abonnement à la Lettre Électronique

Donnez votre adrélec, puis recopiez à droite les caractères apparaissant à gauche.

captcha 

Coordonnées

CdEP - 67 rue du Faubourg St Denis
PARIS Xème
Métro : Château d'eau - Strasbourg St Denis

  • Tel : 01 43 35 28 50
Vous êtes ici : Accueil Actualité de CdEP Au plan local Vies d'équipes Equipe Loire - 3 octobre 2010